Libellula depressa femelle
Libellula depressa (Linnaeus, 1758) : accueil
La libellule déprimée est courante dans les Mauges, surtout en mai, juin et juillet. Si elle préfère les étangs, les eaux stagnantes, on la rencontre fréquemment sur les "pièces d'eau" calmes en amont des moulins sur l'Èvre.
Son vol est très rapide avec des changements de directions fulgurants et des vols stationnaires soudains qui la rendent difficile à suivre des yeux.
Le mâle mesure environ 40 mm et son aile postérieure 30 mm.

Ici, une femelle observée le 11 mai 2008 aux "Étangs des Bruyères", au Fuilet
Clic...
Libellula depressa - Linnaeus, 1758
Libellula; l'explication est fournie par Burmeister. Libellula est le nom donné par Linné à tous les odonates. Il serait issu de l'outil des charpentiers médiévaux (niveau pour mesurer l'horizontalité). Il aurait été utilisé par Guillaume Rondelet ( 1505 - 1566) pour nommer le Requin marteau sous la forme de Libella marina (Libella de la mer) en raison de la similarité de forme avec la tête de ce requin. La ressemblance des larves de zygoptères avec ce requin les aurait fait nommer Libella fluviatilis (Libella du fleuve)...
Depressa, du latin Deprimo, presser de haut en bas, en rapport avec la forme aplatie de l'abdomnen.