Le pénis d'Orthetrum coerulescens après compression du segment 1
Les 4 segments du pénis d'Orthetrum coerulescens au repos
Section saggitale du pénis d'Orthetrum coerulescens au repos
Les spermatozoïdes des Libellulidae mesurent environ 17 à 22 µm et et n'ont pas de tête facilement identifiable; quand ils sont prélevés sur un mâle ou une femelle ils ne montrent pas d'activité alors que le sperme des Zygoptera ou des Aeshnidae prélevé dans ces mêmes conditions restent fortement actif pendant plusieurs heures. Le volume de l'éjaculat que peut contenir la vésicule spermatique d'O. chrysostigma, espèce équivalent en taille et anatomie à O. coerulescens est d'environ 0.027 mm3 (Miller, 1984).
Le pénis est divisé intérieurement en 3 parties; la première située médialement est tapissé dorsalement par la cuticule et forme le réservoir de sperme et canal spermatique. Cette structure, élargie dans le segment 1 s'étend dorsalement au long des segments 2 à 4 et présente une ouverture dans les segments 3 et 4.
La seconde partie appellée Schwellkörper par Pfau (1971) ou Corps caverneux, n'a pas d'ouverture et est constitué d'une série de sacs épais, profondément repliés, confluents en un canal qui s'étend le long de la face ventrale du pénis jusqu'aux principales articulations du pénis et aux régions expansibles du 4° segment. Les sacs et leurs expansions définissent une cavité remplie d'un fluide limitée sans doute par l'endocuticule qui s'étend entre la cuticule externe principale et l'épithélium fortement replié et qui pourrait correspondre à l'espace de fluide de la mue de la cuticule normale. L'épithélium des sacs a une surface ciliée avec des noyaux fortement colorés suggérant une fonction de sécrétion et il pourrait pomper le fluide de l'hémolymphe dans la cavité (corps caverneux).
L'ensemble forme un système hydraulique isolé qui permet l'extension du pénis, le gonflement du segment 4 et l'éjaculation, et il permet à une action musculaire de maintenir une haute pression indépendamment de l'hémolymphe.
Le troisième compartiment entoure le corps caverneux et le canal spermatique, contient de l'hémolymphe et communique avec la cavité corporelle par une étroite fente dorsale du premier segment du pénis. 2 paires de trachées et une paire de nerfs passent par cette fente pour alimenter le pénis.

La surface dorsale du segment 1 porte une sclérite articulée postérieurement dont les mouvements permettent au pénis de changer de volume lorsque par exemple il se remplit de sperme. La surface ventrale porte de longues soies mobiles.
La surface ventrale du segment 2 est couverte d'une cuticule plissée en accordéon qui continue sur les segments 3 et 4 formant le mur externe du corps caverneux. La compression du segment 1 provoque l'expansion du segment 2 et l'extension complète des segments 3 et 4. La résistance de la cuticule provoque la flexion quand la pression chute. L'extrémité antérieure du segment 2 montre une encoche qui s'articule avec la ligula qui peut être basculé dorsalement et ventralement grâce à l'action du muscle M11.
Le segment 3 porte une longue incision dorsale à travers laquelle le sperme peut passer des genitalia primaires (S9) au canal spermatique et au réservoir. Une valve prévient la fuite du sperme quand le segment 1 est compressé.
Le quatrième segment, la tête du pénis, porte 3 structures cuticulaires (lobe apicale, lobes latéraux, processus médian) situées entre les paires d'articulations médiales et dorsales. Les articulations médianes sont renforcées par un arc épais de cuticule rétractile et résistante qui pourrait contenir de la résiline (miller,1982).  La compression du segment conduit les fluides distalement forcant les articulations à s'ouvrir. Elles se referment au relâchement sous l'action de l'arc cuticulaire élastique ce qui ramène les fluides vers le segment 1.
Le lobe apical se développe avec la pression; il porte de nombreuses soies qui se tiennent plus ou moins perpendiculairement. Une paire d'étroits lobes latéraux, bien sclérifiés, sont articulés de telle façon qu'ils s'étendent latéralement et ventralement avec la pression. Le processus médian qui bascule dorsalement porte une paire de crochets, un petit lobe expansible entourant le tube spermatique, et un flagelle. Le flagelle est une tige raide de 800 à 900 µm, conique, de  12 à 16 µm à sa base à 6 µm près de son extrémité posé sur le segment 1 au repos.
Le canal spermatique continue à travers le 4° segment et se rétrécit distalement à un diamètre d'environ 2µm et finalement s'étend sous la forme d'un court conduit flexible à l'intérieur du canal spermatique sclérifié qui est visible de l'extérieur et forme une partie du processus médian.


Ceci est une tentative de traduction de certains passages de "Mechanisms of sperm removal and sperm transfer in Orthetrum coerulescens (Fabricius) (Odonata: Libellulidae)", P. L. MILLER, Physiological Entomology (1990) 15, 199-209.

Les mâles Libellulidae possèdent un appareil génital secondaire, genitalia secondaire, sous S2 et S3; l'appareil génital primaire, là où est fabriqué le sperme se situe sous S9.
Cet appareil secondaire est constitué d'un pénis (vesica spermalis) qui prend naissance sous le 3° segment (S3) et continue antérieurement sous le S2. Il comprend 4 partie.
Celui d'Orthetrum coerulescens est doté à son extrémité de lobes latéraux et d'un flagelle qui jouent un rôle dans le retrait du sperme des mâles précédents.
Elements d'anatomie physiologique de l'appareil génital de
Orthetrum coerulescens mâle 1/1
Clic...
Clic...
Clic...